Skip to main content
Logo Progrès de l’éducation
Logo Progrès de l’éducation
fr

Thème
Accès

À l’échelle mondiale, 88 % des enfants achèvent le cycle primaire, 72 % des adolescents terminent le premier cycle du secondaire et 53 % des jeunes terminent le second cycle du secondaire.

Progrès de l’éducation

Cible 2030

100 % des enfants terminent le premier cycle du secondaire.

Le monde n’a pas tenu sa promesse qui était d’envoyer tous les enfants à l’école primaire avant 2015. Le nouvel objectif en matière d’éducation, l’ODD 4, a fixé un niveau d’ambition encore plus élevé, préconisant que tous les jeunes achèvent leurs études secondaires avant l’horizon 2030. Pour y parvenir, tous les enfants en âge de commencer l’école auraient dû y entrer en 2018 mais, en réalité, seuls 70 % d’entre eux l’avaient fait dans les pays à faible revenu, par exemple.

Un enfant sur 60 environ, pour la plupart issus de pays à faible revenu, n’ira jamais à l’école. Les filles risquent encore davantage que les garçons de ne jamais être scolarisées : en effet, selon les discriminations à leur encontre, elles sont censées s’occuper des enfants et assumer les tâches domestiques.

Scolarité préprimaire

La fréquentation d’un établissement préprimaire est un point de départ décisif dans le parcours éducatif des enfants. Pourtant, dans les pays à faible revenu, seuls 73 % des enfants intègrent l’éducation préprimaire à l’âge voulu.

Depuis 2000, les progrès en matière de scolarité préprimaire ont été lents mais constants dans tous les pays, y compris dans de nombreux pays comptant parmi les plus pauvres, mais beaucoup d’autres sont restés à la traîne. À l’échelle mondiale, 69 % des enfants reçoivent actuellement une éducation préprimaire, contre 61 % en 2009.

Certains pays ont enregistré des progrès spectaculaires. Au Kirghizstan, par exemple, le taux de participation est passé de 42 % en 2000 à 95 % en 2017. En Bolivie, il est passé de 66 % à 92 % au cours de la même période.

Cabo Verde et le Sénégal, présentés ci-après, sont deux exemples de pays ayant connu une augmentation constante de la scolarité préprimaire, bien qu’il existe aujourd’hui d’immenses disparités entre les deux pays. Sélectionnez votre pays pour connaître ses progrès.

Sept enfants sur 10 fréquentent l’école maternelle l’année précédant leur entrée à l’école primaire.

Participation au-delà de l’âge normal

Nous n’évoquons pas assez le fait que, dans un certain nombre de pays, plus d’un quart des enfants qui s’inscrivent à l’école primaire ont dépassé l’âge normal, autrement dit qu’ils sont nettement plus âgés que les élèves de leur niveau d’étude ne sont censés l’être. Cela a d’importantes répercussions sur leur avenir, et fait augmenter par la suite la probabilité de redoubler, d’échouer aux examens et finalement d’abandonner l’école.

Ce graphique sur la participation à l’éducation indique l’âge des enfants, des adolescents et des jeunes lorsqu’ils fréquentent l’enseignement préprimaire, primaire, des premier et deuxième cycles du secondaire et l’enseignement post-secondaire. Les différentes couleurs indiquent combien d’enfants ont dépassé l’âge normal par rapport à leur niveau d’étude. La zone grisée montre le pourcentage d’enfants et d’adolescents déscolarisés par âge.

La fréquentation scolaire des enfants ayant dépassé l’âge normal est un problème majeur dans de nombreux pays.

Au Pakistan, la plupart des enfants de 10 ans devraient aller à l’école, pourtant 24 % ne sont toujours pas scolarisés à cet âge. Beaucoup d’entre eux sont trop âgés par rapport à leur niveau d’étude. Certains élèves âgés de 14 ans sont encore à l’école primaire, par exemple.
Le taux d’élèves en retard pour leur âge est encore plus élevé dans les pays comme Haiti, où 5 % des enfants de 10 ans sont scolarisés dans le préprimaire et où 17 % des jeunes de 19 ans fréquentent encore l’école primaire.
Libéria est confronté au même problème
de même que le Malawi.

Enfants non scolarisés

À l’échelle mondiale, 258 millions d’enfants ne sont pas scolarisés, un chiffre qui n’a pas évolué depuis 2007 en ce qui concerne l’enseignement primaire et depuis 2012 pour l’enseignement secondaire.

Les conflits sont l’une des causes principales de cette stagnation. Malheureusement, les conflits signifient également que la disponibilité et la qualité des données se détériorent, même si certains pays continuent de communiquer des estimations.

Les taux de non-scolarisation stagnent depuis de nombreuses années.

L’Indonésie et la Malaisie ont progressé selon des voies très différentes. Dans le deuxième cycle du secondaire et au-delà, le taux d’enfants non scolarisés a chuté en Indonésie, tandis qu’il a augmenté ou est demeuré inchangé en Malaisie.
L’Érythrée et l’Éthiopie présentent aussi des taux de progression très éloignés. Les séquelles du conflit en Érythrée ont eu un impact visible sur l’accès à l’éducation, tandis que l’Éthiopie a donné la priorité à l’éducation dans son budget, ce qui a permis de réduire le nombre d’enfants non scolarisés en un court laps de temps.

La croissance démographique explique également que le nombre d’enfants non scolarisés ne recule pas.

En Afrique subsaharienne, la population en âge de fréquenter l’école primaire a plus que doublé entre 1990 et 2017. Par conséquent, bien que le taux d’enfants non scolarisé ait diminué de plus de moitié au cours de cette période, le nombre d’enfants non scolarisés n’a pratiquement pas évolué.

Au Niger et au Tchad, par exemple, le pourcentage d’enfants non scolarisés en âge de fréquenter l’école primaire a baissé de moitié environ au cours des 20 dernières années, mais le nombre d’enfants a pratiquement doublé. Par conséquent, le nombre d’enfants non scolarisés n’a presque pas changé.

Le nombre d’enfants non scolarisés en Afrique subsaharienne a à peine diminué depuis 1990.

Achèvement

L’ODD 4 a pour finalité absolue y l’achèvement universel du second cycle de l’enseignement secondaire, et non la simple scolarisation. Et cela en dépit du fait que, dans de nombreux pays, l’éducation n’est gratuite et obligatoire que jusqu’au premier cycle du secondaire tout au plus.

Le monde n’est pas près de parvenir à l’achèvement universel du cycle primaire avant l’échéance fixée, ni à plus forte raison à l’achèvement du second cycle du secondaire. Seuls six jeunes sur 10 termineront l’enseignement secondaire en 2030.

L’indicateur porte sur des enfants pouvant achever des cycles d’enseignement jusqu’à 3 à 5 ans après l’âge officiel de fin d’études – ce qui peut être défini comme l’achèvement des études à l’âge voulu . Mais de nombreux enfants achèvent leurs études avec un plus grand retard, ce qui peut être défini comme ultimate completion .

Sur le graphique ci-après, au Mozambique, par exemple, un écart de 20 points de pourcentage sépare l’achèvement à l’âge voulu (77%) de l’achèvement ultérieur completion (55%) au niveau primaire. Le Népal affiche un écart similaire.

Beaucoup d’enfants terminent l’école tardivement.

Conclusion

Savoir quand sont scolarisés les enfants, à quel âge et s’ils vont au bout de leurs études sont autant de préoccupations politiques essentielles.

Les prochains thèmes abordés sur ce site nous permettent de comprendre si nous sommes près de réaliser l’équité dans l’éducation, ce que les élèves apprennent, quelle est la qualité de leur éducation et qui la finance.

Contenus associés

  • Education above the odds – Save the Children
  • A world ready to learn: Prioritizing quality early childhood education – UNICEF
  • Combining data on out-of-school children, Completion and learning to offer a more comprehensive view on SDG 4
Thème précédent
Finances
Thème suivant
Équité
Education Progress